Découvrez nos services d’assistance et de conseil en comptabilité ! Des collaborateurs de haut niveau en comptabilité, fiscalité et juridique vous conseillent.

N'ayant peut-être pas un caractère obligatoire vis-à-vis de la loi, la comptabilité analytique de gestion reste quand même un levier indispensable à mettre en place pour assurer la pérennité de l'entreprise.

C'est un instrument de calcul, de mesure et d'analyse des performances financières qui vient compléter la comptabilité générale. Sa mise en place offre une meilleure traçabilité de chacune de ses activités, des lignes de produits et de la totalité de ses coûts permettant une prise de décision stratégique plus réfléchie.



Pourquoi est-ce si important de mettre en place une comptabilité analytique ?



Contrairement à la comptabilité générale qui s'incline vers la synthétisation de la situation financière de l'entreprise à travers les états financiers, la comptabilité analytique de gestion elle, a pour mission de présenter un résultat plus détaillé de chacune de ses activités.

La comptabilité financière procédé au classement des charges de l'entreprise par destinations en se reposant sur des SI (systèmes d'informations) unifiés, capable de répondre simultanément aux besoins différents des utilisateurs internes et externes. 

Son but est de fournir une information fiable et plus détaillée, nécessaires à la communication financière de l'entreprise. La comptabilité analytique permettra donc de calculer les coûts engagés et de la rentabilité qui se dégage des :

  • Produits vendus par l'entreprise
  • Types de clients
  • Segments de marcher sur lequel elle évolue
  • Zones géographiques ciblées 

La comptabilité ne s'arrête pas seulement au calcul des coûts mais aussi de mesurer la performance des différents services de l'entreprise en termes d'efficacité (atteinte de l'objectif) et d'efficience (optimisation des moyens et ressources alloués à l'atteinte de l'objectif). Les données récoltées par la comptabilité analytique seront utiles pour évaluer certains éléments des états financiers comme le stock, résultat, etc.

 

Les méthodes de mise en place d’une comptabilité analytique

 

La méthode des coûts complets


Cette méthode permet de calculer le coût de revient d’un produit, ou, entre autres, l’ensemble des charges nécessaires à sa production. Par la suite, il s’y ajoutera la marge, permettant d’obtenir un prix de vente rentable. 

Pour appliquer la méthode des coûts complets, il faudra d’abord faire la distinction entre charges directs et indirects d’approvisionnement, de production et de distribution qui seront ensuite réparties dans des centres d’analyses. 

Ces derniers se distinguent entre deux types :

  • Les centres principaux : ils correspondent aux activités piliers de l’entreprise, soit l’achat, la production et la vente.
  • Les centres auxiliaires : ils correspondent aux fonctions de support des facteurs de production comme la gestion du personnel, le matériel et son entretien, mais aussi les autres services dont celles d’un cabinet d’expertise comptable.


Suite à cette redistribution, les charges indirectes jugées incorporables dans les coûts, seront réaffectées au centre principal pour une répartition secondaire. Pour calculer le prix de revient, ces étapes sont nécessaires pour comprendre quelles proportions du coût indirect sera imputés à tels services (production, vente…).


La méthode des coûts partiels


La méthode des coûts partiels permet de déterminer la contribution de chaque produit à la couverture des charges fixes et de calculer le seuil de rentabilité (le niveau de chiffre d’affaires en quantité ou en valeur, où l’entreprise ne réalise ni bénéfice ni de pertes). 

Le coût partiel est une partie du coût complet qui englobe les charges variables (qui varient en fonction de la quantité de produits fabriqués), les charges spécifiques (qui sont affectés à un seul et unique produit) et enfin les charges fixes communes (générées par plusieurs produits).


Les étapes pour le calcul des coûts partiels sont les suivants : 


  • Calcul de la marge sur coût variable (MCV) = Chiffre d’affaires – coûts variables
    • Calcul de la marge sur coût spécifique (MCSF) = MCV – coûts fixes spécifiques.
    • Calcul du résultat = MCFS – coûts fixes communes


Il existe d’autres méthodes de calculs qui n’ont pas été traités dans cet article comme la méthode ABC ou encore la méthode de l’imputation rationnelle des charges fixes. 

Chacune d’elles a ses avantages et inconvénients, certaines peuvent ne pas être adaptés pour un secteur, mais très bénéfique pour un autre. L’essentiel, c’est de bien maîtriser le volet de la comptabilité analytique de gestion ou de laisser à la charge de consultants spécialisés comme un cabinet d’expertise comptable Tunisie qui s’occupera de vous accompagner dans la mise en place d’une comptabilité analytique qui réponds à vos besoins.